Spécialisation d'ingénieur

Un ingénieur spécialiste de l'environnement

Une double compétence en sciences sociales et sciences de l'environnement dans un contexte international

Une formation spécifique et reconnue

La spécialisation « Génie de l’environnement » forme des ingénieurs spécialisés en environnement depuis 1990 et fait suite à des formations pré-éxistantes depuis une trentaine d'années. Elle représente aujourd'hui un réseau de plus de 900 Alumni.
L'originalité et le succès de cette formation tiennent à l'intégration des sciences sociales et des sciences appliquées à l'agronomie et à l'environnement, qui permet d'aborder, dans un contexte international, les questions environnementales dans leur globalité en tenant compte à la fois de leurs implications socio-économiques et de leurs dimensions scientifiques et techniques.

Un contexte international

La formation accueille notamment des étudiants internationaux dans le cadre du master TEAM- Actors (Transition in Environnemental and Agrifood system Management) d’AGROCAMPUS OUEST et du master Erasmus Mundus : International Master in Rural Development (codélivré avec plusieurs universités européennes).
Elle constitue ainsi un lieu de croisement des points de vue et d’élaboration de la pluridisciplinarité dans un contexte international. 

Une formation adaptée à l'évolution des enjeux sociétaux

Cette formation pionnière à sa création, s'est constamment adaptée à l'évolution des débouchés.

Elle forme aujourd'hui des des professionnels capables d'appréhender la complexité des relations agriculture - environnement, d'étudier les phénomènes dans une démarche pluridisciplinaire et de mettre en place une gestion intégrée des espaces ruraux ou périurbains et des milieux "naturels" :

  • maîtrisant les outils d'analyse et de gestion des territoires,
  • généralistes mais ayant des compétences spécialisées (aménagement des milieux, économie et sociologie rurale, hydrologie, science du sol, écologie quantitative, hydrobiologie continentale, écotechnologie…),
  • aptes à dialoguer avec les divers acteurs du monde socioprofessionnel grâce à leur pluridisciplinarité et leur adaptabilité,
  • compétents pour innover en matière d’ingénierie environnementale, de pratiques d’aménagement et de systèmes de production durable.

Groupe d'étudiants dans la baie du Mont-Saint-Michel

3 options au choix pour construire un projet personnel et professionnel adapté 

  1. Agriculture Durable et Développement Territorial (ADT)
  2. Préservation, Aménagement des Milieux et Ecologie Quantitative (PAMEQ)
  3. Sols, Eau, Hydrosystèmes (SEH)

Conditions d'admission

Étudiants français

Pour les élèves-ingénieurs d’AGROCAMPUS OUEST, la spécialisation Génie de l’Environnement (GE) est accessible pour 3 spécialités d'ingénieur :

  • à partir du S8 à tous les étudiants de la spécialité Agronomie
  • à partir du S9 à tous les étudiants de la spécialité Paysage et de la spécialité Horticulture.

Pour ces étudiants, la validation de la dernière année de spécialisation (S9, S10), prononcée par le Conseil des enseignants, est acquise selon les conditions suivantes :

  • avoir acquis 60 crédits ECTS de formation durant les deux semestres
  • avoir réalisé le stage obligatoire de spécialisation de 24 semaines minimum donnant lieu à un mémoire et à une soutenance.

Les élèves-ingénieurs des autres établissements d’enseignement supérieur ou titulaires de formations équivalentes peuvent, sous réserve d’acceptation du dossier, rejoindre la spécialisation à partir du S9 en remplacement de la dernière année de leur formation d’ingénieur, qu’ils soient inscrits en formation initiale ou en formation continue. Ces étudiants recevront en fin de cursus un relevé de notes / crédits ECTS à valider par leur école d’origine pour l’obtention de leur diplôme.

Étudiants internationaux

Les étudiants internationaux sont invités à candidater à la formation d'ingénieur agronome via le concours DE qui leur donne accès directement au niveau master 1 et à la spécialisation à partir du semestre 9.

Le semestre 9 de la spécialisation est également ouvert aux étudiants internationaux en semestre d'échange. À l'issue de leur semestre d'études à AGROCAMPUS OUEST, ces étudiants reçoivent un relevé de notes / crédits ECTS à remettre à leur université d'origine pour l'obtention de leur diplôme.

Pré-requis

L'option Agriculture durable et développement territorial (ADT) accueille des étudiants internationaux et propose par conséquent la majorité de ses enseignements en anglais. Les étudiants inscrits dans cette option doivent donc disposer d’un niveau minimum en anglais (équivalent B2).

Capacité d'accueil

Il n’y a pas de capacité d'accueil maximum pour les élèves-ingénieurs d'AGROCAMPUS OUEST.

Organisation du cursus

La formation "Génie de l’environnement" se déroule en 3 semestres : S8, S9 et S10.

Les deux premiers, les S8 et S9, sont consacrés à des enseignements, communs et optionnels.

Le troisième semestre, le S10, correspond à un stage professionnel d’une durée de 6 mois au moins (de mi-février à début septembre). Ce stage donne lieu à la rédaction d'un mémoire de fin d'études soutenu à l'oral devant un jury au mois de septembre.

Une pédagogie diversifiée

L’enseignement comporte des cours, des conférences, des travaux dirigés en salle et sur le terrain et des projets. L'aménagement de l'emploi du temps dégage du temps destiné à des travaux personnels, des exposés, des  synthèses bibliographiques et des projets d'ingénieurs.

Semestre 8 : des méthodes et des outils 

Semestre 8

L’enseignement du S8 est centré sur les outils et les méthodes. Il comporte 3 unités d’enseignement (UE) communes à toutes les spécialisations d'ingénieur et 5 UE spécifiques à la spécialisation « Génie de l’Environnement ».

UE Tronc commun - 4 ECTS

  • UC Management et entrepreneuriat (26h)
  • UC Notion de risque - Évaluation, gestion, prévention (25h)
  • UC Analyse des données (25h)

UE Projet spécifique de spécialisation - 4 ECTS

  • UC Conduite de projet innovant (60h)

UE Langues étrangères - 3 ECTS

  • LV 1 : Anglais (2h/semaine)
  • LV 2 : Allemand, espagnol, italien, autre (2h/semaine)
  • LV 3 (facultative) : Allemand, espagnol, italien

UE de spécialisation (dont 2 au choix)

  • UE Diversité et évolution du vivant
  • UE Écotechnologie
  • UE L’environnement vu par les sciences sociales
  • UE Agroécologie ou UE Du terrain au SIG : analyse spatiale des milieux et des paysages
  • UE Milieux aquatiques ou UE Modélisation du bilan hydrique dans le continuum sol-plante-atmosphère

Semestre 9 : un projet Génie de l'Environnement et des options pour se spécialiser 

Semestres 9 : Enseignements communs

Le projet de spécialisation dans le cadre de l’unité d'enseignement (UE) « Diagnostic et analyse environnementale » constitue l’axe structurant de la spécialisation en génie de l'environnement. À travers une étude de cas territoriale, une situation concrète en partenariat avec les acteurs du territoire concerné, ce projet aborde la dimension interdisciplinaire des enjeux environnementaux. Il vise à appréhender concrètement des territoires en transition et à développer des approches intégrant sciences sociales et approches scientifiques et techniques dans les principaux domaines couverts par les 3 options.

Cette UE a pour objectif :

  • de permettre aux étudiants des 3 options de la spécialisation d’accéder ensemble à une problématisation interdisciplinaire d’une question environnementale complexe
  • de permettre l’acquisition et la maîtrise des outils d’ingénierie pour le traitement et l’interprétation des données propres aux disciplines de chaque option
  • d’aborder l’aspect théorique à travers des cours et des TD dispensés au fil de l’UE.

Elle est constituée de 4 unités constitutives (UC) :

  1. UC Contexte des transitions environnementales (32h
  2. UC Introduction au projet complexe (42h)
  3. UC Analyses de données environnementales (30 h)
  4. UC Ecole terrain (96h)

Plusieurs phases de terrain réparties sur l’année visent à la mise en pratique de ces outils, et à la collecte de données qui sont ensuite traitées sous des angles plus spécifiques à chaque option. Le cas d’étude favorise le choix d’une méthodologie adaptée au problème à traiter. Tout au long de ces activités, notamment au cours du stage terrain, l’accent est mis sur la prise d’autonomie des étudiants et sur la pluridisciplinarité. 

2 langues vivantes (ou une langue vivante et une analyse critique d’article)

Semestre 9 : 3 options aux choix

L’option ADT, qui constitue également le semestre 9 des M1 TEAM Actors et IMRD, a pour objectif de former des étudiants capables d’accompagner l’innovation et la transition vers des modèles agricoles durables et capables de répondre à la fois aux défis alimentaires de demain et aux attentes sociétales, exprimées en termes économique, environnemental et social. Elle vise l’acquisition d’un double jeu de compétences, en mobilisant très fortement les sciences sociales (sociologie, sciences politiques, économie institutionnaliste, géographie sociale) et des connaissances relatives aux systèmes agricoles et alimentaires durables, à l’accompagnement de dynamiques d’innovation et de changement, à l’ingénierie de projets complexes, à l’ingénierie de la gouvernance et du développement territorial.
Après un module introductif portant sur les enjeux sociaux et politiques des grandes transitions, trois champs thématiques sont abordés : les systèmes de production agricole et alimentaire durables, la gestion multi-acteurs du développement territorial, puis des compétences génériques en sciences sociales dans les domaines de l’animation et du développement (compétence projets, accompagnement au changement technique, démarche scientifique en sciences sociales).
L’option s’appuie très significativement sur des mises en situations de commande favorables à la prise d’autonomie professionnelle des étudiants Les rencontres avec les professionnels sont privilégiées, tant durant les situations d’enseignement que durant les projets et travaux de terrain.
Le champ géographique des enseignements et des exemples traités est international, avec une ouverture vers les pays du Sud.
Cette option accueillant en outre des étudiants du Master International en Développement Rural, les enseignements et mises en situation se font essentiellement en anglais. Les étudiants francophones doivent avoir un niveau d’anglais suffisant (équivalent B2) pour comprendre la partie des cours proposée en anglais, et pour pouvoir participer aux travaux et projets collectifs bilingues avec les étudiants anglophones.

Détail des unités d'enseignement (UE) et unités constitutives (UC) de l’option ADT

UE 1 - Les enjeux des transitions
UC 1.1. Enjeux contemporains des transitions (société, transitions et durabilité)
UC 1.2. Transitions des modèles économiques et démocratique
UC 1.3. Accompagner le changement technique et social

UE 2 - Agroécologie et Systèmes alimentaires territorialisés
UC 2.1. Analyse multicritères de la durabilité des pratiques agroécologiques dans les exploitations agricoles
UC 2.2. Systèmes Alimentaires Territorialisés
UC 2.3. Atelier cas complexes

UE 3 - Acteurs et actions publiques, développement territorial et gouvernance
UC 3.1. Action publique et politique - Enjeux agricoles et alimentaires 
UC 3.2. Action publique et politique - Développement des territoires ruraux
UC 3.3. Atelier cas complexes

UE 4 - Outils de l’ingénieur
UC 4.1. Méthodes et outils de traitement de données qualitative
UC 4.2. Construction de l’action collective et de l’accord
UC 4.3. Ingénierie des projets complexes

UE 5 - Vers une mise en pratique
UC 5.1. Projet d’ingénieur

L’option PAMEQ a pour objectif de former des ingénieurs agronomes sensibilisés via le tronc commun aux problèmes d’environnement en général, et développant plus particulièrement au cours de l’option, des compétences écologiques applicables à la préservation, l’aménagement et à la gestion des différentes composantes de l’espace rural.

Le contexte professionnel est celui de la mise en œuvre des politiques publiques d’aménagement et de gestion de l’espace rural qui exigent de la prise en compte explicite de la biodiversité. Ces politiques, traditionnellement dirigées vers la protection d’espèces ou d’espaces (loi dite de protection de la nature de 1976) ont récemment évolué (années 2000) vers des objectifs de gestion agro-écologique globale des territoires. Elles ont alors pour but de maintenir la fonctionnalité des systèmes écologiques et les « services associés » (Mesures agri-environnementales, Directive Habitat Faune Flore (Natura 2000), Grenelle de l’environnement (TVB, Schémas régionaux de cohérence écologique, compensation écologique), loi-cadre biodiversité, Directive Cadre sur l’Eau, Règlement européen sur les espèces exotiques envahissantes …). La construction et la mise en œuvre de ces politiques nécessite de comprendre et de gérer différemment les interactions entre biodiversité et activités humaines. Un nouveau questionnement fondamental se fait jour : de quoi la biodiversité est-elle le nom ? Pourquoi, comment, où, avec qui, et avec quel équilibre entre science, éthique et politique “prendre soin d’elle” ?

C’est à ces nouveaux métiers, à l’interface Nature / Culture, biodiversité /agriculture, que nous nous proposons de former nos étudiants.
 
Détail des unités d'enseignement (UE) et des unités constitutives (UC) de l'option

UE 1 : Acteurs, métiers et problématiques de l’aménagement et de la gestion écologique
UC 1.1 : Analyse écologique d’un territoire
UC 1.2 : Rencontre d’acteurs sur le terrain

UE 2 : Théories et représentations de la biodiversité
UC 2.1 : Théories écologiques et mesures de la biodiversité
UC 2.2 : Représentations de la biodiversité

UE 3 : Ecologie appliquée à l’aménagement et à la gestion
UC 3.1 : Ecologie appliquée à l’aménagement rural et urbain

UE 4 : Outils et analyse de données
UC 4.1 :  Analyse de données écologiques
UC 4.2 :  Application de la télédétection aux études environnementales

UE 5 :  Animation et médiation scientifique
UC 5.1 : Communication scientifique
UC 5.2 : Conduite et animation de projets

UE 6 : Projet d’ingénieur

L’option SEH a pour objectif de former des cadres spécialisés dans la gestion, la protection et la restauration des ressources en sols (agricoles, péri-urbains, contaminés), de l’eau et des hydro-systèmes appréhendés comme un continuum fonctionnel dans le cadre des bassins versants. Elle vise à former des ingénieurs capables d’établir un diagnostic d’état des ressources à différentes échelles spatiales et temporelles, afin de proposer des alternatives de gestion et de surveillance des milieux. Cette démarche sera appliquée dans des territoires ruraux et/ou péri-urbains et selon des échelles diverses allant de la parcelle, au bassin versant, jusqu’aux mosaïques paysagères.

Des approches méthodologiques innovantes seront développées : analyses environnementales multicritères, cartographie numérique, bio-indication de l’état fonctionnel du sol et des écosystèmes aquatiques, ingénierie environnementale, écotechnologies, hydrologie, modélisation hydraulique. Ces enseignements s’appuient sur des dispositifs de recherche et de transfert exceptionnels (Observatoires de Recherche en Environnement, Zone Atelier Armorique, Pôle INRAE-ONEMA Gestion des écosystèmes aquatiques en territoire agricole, …) combinés à des dispositifs gérés en partenariat avec des professionnels (dispositifs des Chambre d’Agriculture, Réseaux Mixte Technologiques, ADEME, ONIRIS, Agence de l’eau,…). Les enseignements dispensés s’appuient sur l’expertise des partenaires professionnels des collectivités territoriales, et des bureaux d’études et des scientifiques des UMRs leader sur les recherches dans le domaine de la spatialisation, de l’évaluation et de la gestion environnementale.
 
La spécificité de la formation SEH est de mettre les étudiants en situation, dans le cadre de projets couplant l’acquisition de données environnementales sur le terrain et leurs utilisations dans des approches de simulation (érosion des sols, inondation, stockage de carbone) à différentes échelles spatiales. Dans ce cadre, l’objectif est de faire émerger des scénarii innovants d’adaptation des territoires aux forçages climatiques, économiques et réglementaires afin de préserver les ressources et leurs principaux services écosystémiques.
 
Détail des unités d'enseignement (UE) et des unités constitutives (UC) de l’option SEH

UE 1 : Diagnostic et fonctionnement des milieux
UC 1.1 : Métrologie et observation des milieux
UC 1.2 : Hydrologie
UC 1.3 : Application de la télédétection aux études environnementales

UE 2 : Projets d'ingénieur : Analyse et modélisation spatio-temporelle des milieux
UC2 2.1 : Cartographie des sols
UC2 2.2 : Modélisation dynamique des transferts d’eau dans les compartiments environnementaux

UE 3 : Évaluation environnementale
UC 3.1 : Bio-indicateurs de qualité des sols et de l’eau / écotoxicologie
UC 3.2 : Évaluation environnementale multi-critères et services éco-systémiques

UE 4 : Gestion des ressources dans des territoires en transition
UC 4.1 : Gestion des sols naturels, urbains ou contaminés
UC 4.2 : au choix
- Gestion agro-écologique de la fertilité des sols
- Aménagement, valorisation et gestion des eaux continentales
UC 4.3 :  Gestion des flux d’eau et de matière dans les territoires urbains et périurbains
UC 4.4 :  Transition et adaptation des territoires

Semestre 10 : Stage de fin d'études

La formation se termine par un stage de  fin d'études (S10) qui se déroule en milieu professionnel durant 6 mois au moins de mi-février à début septembre (24 semaines minimum). Ce stage donne lieu à la rédaction d'un mémoire de fin d'études soutenu à l'oral devant un jury au mois de septembre.

Semestre 10 : exemples de stages

Dynamique d'installation en agriculture sur des territoires en transition vers la durabilité de l'agriculture - AGROCAMPUS OUEST - Laboratoire développement durable - Rennes

Approvisionnement de la restauration hors domicile à partir de produits locaux - Chambre d'Agriculture de l'Ain- 01003 Bourg-en-Bresse

Les jardins collectifs urbains sur le territoire du Grand Lyon - Centre d’études techniques de Lyon- 38081 - L'Isle d'Abeau

Les relations paysans/consommateurs et la commercialisation des produits agricoles - Agronomes et vétérinaires sans frontières - Equateur

L'entretien des biens publics par l'agriculture CNRS - 92195 Meudon
Développement de projets éoliens EOLE - 84000 Avignon

Les habitats favorables à la préservation des amphibiens dans le Massif Central - CPIE Midi-Quercy

L'exploitation agricole et forestière de la Langenau : comment concilier sauvegarde de la biodiversité et agriculture-sylviculture ? - LPO Alsace

Mise en place d'un indice biodiversité basé sur la flore. Eco Environnement Conseil (EEC)

Contribution à la mise en oeuvre de la Stratégie nationale de Création d'Aires Protégées terrestres métropolitaines (SCAP) au sein du département des Landes

Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Landes 40012 Mont-de-Marsan

Analyse de la gestion des systèmes fourragers en agriculture biologique INAO - 93555 Montreuil

Qualité des sols dans les jardins familiaux périurbains à proximité de sources de pollution (infrastrucutres) - CETE IDF - 78 Trappes

Traitement des eaux par des filtres plantés de roseaux et modélisation du système - Institute for Sanitary

Engineering, Water Quality and Solid Waste Management - 70569 Stuttgart

Gestion des risques liés aux proliférations de cyanobactéries dans le lac au Duc (Morbihan) - Observatoire Départemental de l'Environnement du Morbihan (ODEM) - 56000 Vannes

Etude de la morphodynamique et du transport solide sur la rivière Drôme. - Artelia - SOGREAH - 38432 Echirolles Cedex

Evaluation de la fertilité des sols des vallées intérieures sous culture du riz NERICA soumis au système SAWAH - AFRICA RICE CENTER - Cotonou (Bénin)

Débouchés professionnels

Des territoires en transition : de nouveaux enjeux sociaux et environnementaux

Le changement climatique, la préservation de la biodiversité et la protection des ressources naturelles vitales telles que l’eau, l’air et les sols, constituent des enjeux environnementaux complexes dans un contexte sociétal marqué par des bouleversements politiques et économiques liés à la globalisation des échanges, l’augmentation des besoins alimentaires d’une population mondiale croissante et l’accentuation des inégalités d’accès aux ressources. Ces enjeux environnementaux et sociétaux marquent les premières décennies du 21e siècle. 

Etudiants

De nouveaux métiers

Plusieurs nouveaux thèmes et viviers de recrutement sont identifiés dans ce nouveau contexte pour les ingénieurs agronomes spécialisés en environnement : surveillance des milieux, trame verte et bleue, mesures compensatoires, évaluation des services écosystémiques, évolutions territoriales vers des modèles agro-écologiques, systèmes alimentaires territorialisés, projets alimentaires urbains intégrés, habitat /urbanisme, gestion de l’eau et du littoral, santé et environnement, gestion territoriale des déchets et des énergies renouvelables. 

Le contexte professionnel induit par ces grands changements est donc celui d’une transition vers une gestion collaborative et concertée des territoires et de leurs ressources, qui mobilise des acteurs plus nombreux et variés qu’auparavant : agriculteurs et leurs organisations, collectivités locales, services de l’Etat, institutions publiques territoriales, mais aussi société civile, nouveaux acteurs de l’économie sociale et solidaire, et entreprises dans les secteurs du conseil et de la recherche

Les métiers d’appui à l’action publique autour de la gestion concertée et intégrée de ces biens communs environnementaux se développent en particulier à travers la sous-traitance et la prestation de services dans les domaines du conseil, de l’expertise, de l’aide à la décision et de l’animation.